Maria VARVARA

Maria VARVARA

Thérapie EMDR

L’EMDR (Désensibilisation et retraitement par des mouvements oculaires) est une approche de psychothérapie intégrative qui a prouvé son efficacité pour le traitement des traumatismes et plusieurs autres problèmes de santé mentale.

L’EMDR est un ensemble de protocoles standardisés qui incorpore des éléments de plusieurs approches thérapeutiques différentes.
Jusqu’à maintenant, on estime que cette approche a permis des millions de personnes de tous âges à soulager leur détresse psychologique.

Les études scientifiques démontrent que l’EMDR est un traitement efficace pour traiter le Stress post-traumatique. Cependant plusieurs thérapeutes rapportent l’avoir utilisé avec succès pour les difficultés/conditions suivantes :

  • État de stress post-traumatique
  • Troubles des conduites alimentaires
  • Attaques de panique
  • Anxiété reliée à la performance
  • Deuils complexes
  • Réduction/Gestion du stress
  • Troubles dissociatifs
  • Dépendances
  • Souvenirs perturbateurs
  • Abus sexuels et/ou physiques
  • Dysmorphobie corporelle
  • Phobies
  • Troubles de la personnalité

En 1987, la psychologue américaine Dre Francine Shapiro a découvert par hasard que les mouvements oculaires permettaient, sous certaines conditions, de diminuer la détresse associée à des souvenirs perturbateurs. Dre Shapiro a procédé à une étude scientifique de cet effet pour publier, en 1989, dans le Journal of Traumatic Stress, les résultats indiquant que l’EMDR avait permis de traiter avec succès des victimes de traumatismes. Depuis ce temps l’EMDR s’est développé et s’est raffiné si bien qu’aujourd’hui il est constitué de procédures standardisées qui intègrent des éléments de plusieurs approches thérapeutiques.

Si une personne est très bouleversée lors d’un événement difficile, son cerveau n’intègre pas l’information comme il le ferait en temps habituel : la situation difficile devient « figée dans le temps ». Si bien que lorsque la personne y pense elle revit les émotions pénibles souvent avec la même intensité qu’au moment de l’événement : les odeurs, les images, les sons, les pensées négatives, les sensations physiques, etc. sont demeurés les mêmes. A long terme, ces souvenirs « figés » dans le cerveau risquent d’avoir des effets néfastes qui peuvent interférer avec le fonctionnement quotidien de la personne, sur sa façon de voir son monde et sur ses relations interpersonnelles.


L’EMDR semble agir directement sur le fonctionnement neurologique en rétablissant la capacité du cerveau à traiter l’information. Ainsi, après les sessions d’EMDR, les images, les sons, les sensations et les émotions envahissantes initiales ne sont plus réactivés lorsque la personne repense à l’événement. On se rappelle encore de l’événement, mais sans la détresse intense.


On pense que l’EMDR agit de la même manière que la phase de rêve, pendant laquelle les yeux bougent rapidement, ce qui vient faciliter la « digestion » du matériel emmagasiné lors de nos expériences. On peut donc considérer que l’EMDR est une thérapie ayant des bases physiologiques permettant d’en arriver à concevoir les souvenirs perturbateurs sous un angle nouveau et avec moins de détresse.

Pendant la session d’EMDR le thérapeute travaille avec le patient afin d’identifier la difficulté qu’il veut cibler. Le patient évoque donc une image reliée à la difficulté, les émotions, les sensations physiques et les pensées négatives associées à l’image de l’événement. En utilisant les mouvements des yeux ou une autre forme de stimulation bilatérale, le thérapeute active le processus naturel de traitement de l’information du cerveau en même temps que le client garde en tête le matériel perturbateur. Pendant les séries de mouvements des yeux, le patient ne fait qu’observer le matériel évoqué (sensations physiques, émotions, images, pensées…) sans aucun effort pour contrôler le contenu du matériel qui fait surface. Son rôle est d’observer ses réactions.

Chaque personne aura sa propre façon de traiter l’information associée à la situation difficile et il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière de vivre l’EMDR. En cours de session, les séries de mouvements oculaires seront répétées en vue d’en venir à une diminution de la détresse associée au souvenir et de permettre de développer des pensées plus adaptées face à l’événement, par exemple : « J’ai fait mon possible. » En cours de session, la personne peut vivre des émotions intenses, qui finissent toujours par s’atténuer, et le thérapeute s’assure toujours que le patient repart dans un état calme.

Dans un premier temps, il faut une à deux rencontres, au moins, pour que le thérapeute prenne le temps de bien comprendre la nature de vos difficultés et pour évaluer si l’EMDR peut être un traitement approprié. Le thérapeute prendra également le temps de vous expliquer en quoi consiste l’EMDR et répondra à vos questions avant de débuter le traitement. Après entente entre client et thérapeute, la thérapie avec l’EMDR peut débuter.


Typiquement, une session avec l’EMDR dure de 60 à 90 minutes. Le genre de difficultés, vos circonstances de vie et le nombre de traumas antérieurs sont des facteurs qui détermineront le nombre de sessions d’EMDR dont vous aurez besoin.

Comment prendre un rendez-vous ?

Vous pourrez prendre un rendez-vous sur Doctolib en cliquant sur le bouton.